fbpx

Ecrit par : Adrien AĂŻach

PubliĂ© le : 10/10/2022

Le caillou dans la chaussure Nike

Temps de lecture : 4 minutes

"OĂč faut-il investir en 2023 ?

J'ai récemment répondu à cette question en Live sur Youtube. Cliquez ici pour regarder la rediffusion !

Dans cette nouvelle Ă©dition de Secrets de Stock-Picking, voici ce que vous devriez retenir de Nike pour devenir un meilleur investisseur !

🔍 Que se passe-t-il chez Nike ?

Nike a présenté ses résultats trimestriels le jeudi 29 septembre 2022.

Son bĂ©nĂ©fice net trimestriel a baissĂ© de 21,66%, Ă  cause d’une hausse des coĂ»ts opĂ©rationnels.

Mais les investisseurs ne savent pas sur quel pied danser.

Car le chiffre d’affaires a lui progressĂ© de +3,58%, marquant un troisiĂšme trimestre de hausse consĂ©cutive.

Une performance modeste, mais honorable, dans un contexte difficile.

Alors, que faut-il en penser ?

Plusieurs éléments macroéconomiques ont eu un impact négatif sur les résultats de Nike.

Tout d’abord, la hausse du dollar.

Nike rĂ©alise en effet plus de 55% de son chiffre d’affaires en dehors de l’AmĂ©rique du Nord, ce qui signifie qu’un dollar fort est une mauvaise chose pour son chiffre d’affaires.

Si la bonne forme du billet vert favorise les entreprises américaines importatrices, elle pénalise les sociétés exportatrices, comme Nike.

Cela rend le prix des biens amĂ©ricains plus cher et rĂ©duit le montant que gagne Nike lorsque ses ventes Ă  l’Ă©tranger sont reconverties en dollars.

Ensuite, le ralentissement de l’activitĂ© en Chine.

Les ventes de Nike dans l’Empire du Milieu sont en baisse de -16,45% à cause des mesures de confinement excessives et d’une politique sanitaire stricte.

Dans certaines villes, les salles de sport sont encore fermées, ce qui tire la demande du pays vers le bas.

Cette tendance baissiÚre est unique, alors que les autres zones géographiques présentent des chiffres satisfaisants (+12,93% en Amérique du Nord) et que la Chine ne représente que ~14% des ventes de Nike.

Enfin, la hausse des stocks.

Nike anticipait que les perturbations logistiques allaient se prolonger.

En consĂ©quence, l’entreprise avait passĂ© de plus grosses commandes Ă  ses usines.

Mais lorsque les tensions sur les chaines d’approvisionnement se sont apaisĂ©es, la marque Ă  la virgule s’est retrouvĂ©e submergĂ©e par les stocks, qui ont connu une augmentation de +44%.

Nike doit dĂ©sormais liquider cette marchandise Ă  grands coups d’opĂ©rations promotionnelles, ce qui rogne encore plus le chiffre d’affaires.

Face Ă  ces problĂšmes, le cours de l’action Nike a perdu -12,80%, le jour de l’annonce des rĂ©sultats.

Mais en creusant un peu, j’ai trouvĂ© quelque chose d’intĂ©ressant.

đŸ€”Â Pourquoi est-ce important ?

Comme l’a affirmĂ© John Donahoe, le PDG de Nike, la demande pour les produits de l’entreprise est plus forte que ce qu’elle n’en a l’air.

Malheureusement, Nike n’a pas fourni de chiffres pour soutenir cet argument.

C’est une grosse erreur, car les investisseurs s’inquiĂštent d’une probable rĂ©cession et d’un ralentissement des ventes.

Je vais donc sortir ma calculatrice et vĂ©rifier moi-mĂȘme les dĂ©clarations de John Donahoe.

Mon objectif est de dĂ©terminer la part de la hausse des volumes de ventes dans la hausse du chiffre d’affaires.

Mes rĂ©sultats sont imprĂ©cis car il ne s’agit que d’estimations sur la base des donnĂ©es disponibles.

NĂ©anmoins, c’est le raisonnement qui est important.

On peut dĂ©terminer la variation du chiffre d’affaires (notĂ©e “∆”, pour “delta”) grĂące Ă  la formule suivante :

∆ Chiffre d’Affaires = ∆ Volume des Ventes x ∆ Prix x ∆ Taux de Change.

Or, nous connaissons dĂ©jà ∆ Chiffre d’Affaires (+ 3,58%), et nous souhaitons dĂ©terminer ∆ Volume des Ventes.

Cela est possible en modifiant la formule :

∆ Volume des Ventes = ∆ Chiffre d’Affaires / (∆ Prix x ∆ Taux de Change)

Calculons ∆ Prix.

On s’aperçoit que le bĂ©nĂ©fice brut n’a pas bougĂ© d’un pouce alors que le coĂ»t des marchandises vendues a bondi de 520 millions de dollars.

Cela me permet d’affirmer que Nike a parfaitement rĂ©percutĂ© la hausse de ses coĂ»ts sur ses clients et qu’une partie de la croissance de son chiffre d’affaires est simplement liĂ©e Ă  la hausse des prix.

Si l’on compare ces $520 M aux ventes trimestrielles de $12 248 M de l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente, cela nous donne une estimation d’environ + 4,25% pour ∆ Prix.

Ensuite, calculons ∆ Taux de Change.

Nike estime qu’à taux de change constant, sa croissance aurait Ă©tĂ© de l’ordre de 10%.

Cela reprĂ©senterait un chiffre d’affaires de ~$13 473 M (contre $12 687 M publiĂ©).

Il est donc possible de chiffrer l’impact nĂ©gatif du taux de change Ă  -$786 M.

Si l’on compare ces -$786 M aux ventes trimestrielles de $12 248 M de l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente, cela nous donne une estimation d’environ – 6,42% pour ∆ Taux de Change.

Nous avons donc :

∆ Chiffre d’Affaires = + 3,58%

∆ Prix = + 4,25%

∆ Taux de Change = – 6,42%

Et cela nous donne une estimation d’environ + 6,17% pour ∆ Volume des Ventes.

J’en conclus donc que la demande pour les produits Nike est toujours intense, et que ses rĂ©sultats dĂ©cevants sont exclusivement causĂ©s par le mauvais contexte macroĂ©conomique.

đŸ’”Â Comment investir intelligemment ?

On dit que les chiffres ne mentent pas. On peut cependant leur faire dire ce que l’on veut.

Les donnĂ©es financiĂšres sont disponibles pour tout le monde, mais pour comprendre ce qu’il se passe rĂ©ellement, il vous faudra faire des efforts supplĂ©mentaires.

Car vous ne pouvez pas battre le marchĂ© en faisant la mĂȘme chose que les autres investisseurs.

💡 Si besoin, retraitez les Ă©lĂ©ments comptables. Cela est parfois nĂ©cessaire pour comprendre ce qu’il se passe rĂ©ellement dans l’entreprise.

Mais il existe un risque.

De nombreuses entreprises n’hĂ©siteront pas Ă  vous prĂ©senter des comptes “à taux de change constant” ou “à pĂ©rimĂštre constant” pour vous prĂ©senter une situation meilleure que la rĂ©alitĂ©.

Ce n’est que de la communication : n’oubliez jamais que ces donnĂ©es financiĂšres sont hypothĂ©tiques.

Je ne dis pas que les résultats de Nike sont bons, je souligne simplement une dynamique encourageante.

Mais au final, tout ce qui compte, c’est le rĂ©sultat net.

💡 MĂ©fiez-vous des pratiques comptables crĂ©atives ou de l’usage abusif d’agrĂ©gats financiers comme “EBITDA” ou “RĂ©sultat OpĂ©rationnel”.

Le contexte macroĂ©conomique impacte aussi les concurrents de Nike et tout le monde est logĂ© Ă  la mĂȘme enseigne.

Les problĂšmes de taux de change ou de surplus de stocks concernent Ă©galement Adidas, Puma ou encore Under Armour.

Et ces concurrents vont eux aussi devoir baisser leurs prix pour liquider leurs stocks.

Finalement, ces promotions pourraient ĂȘtre bien accueillies par les consommateurs en ces temps difficiles.

💡 Pensez à regarder ce qu’il se passe chez la concurrence. Les investisseurs doivent se montrer indulgent lorsque la gestion de l’entreprise n’est pas remise en cause.

đŸ’„Â Le mot de la fin

Nike s’affiche comme une valeur de croissance. Elle est valorisĂ©e comme telle mais est, en ce moment, pĂ©nalisĂ©e par plusieurs facteurs macroĂ©conomiques.

L’action reste trop chĂšre selon moi, et ce, malgrĂ© une baisse de 47,07% de son cours depuis le dĂ©but de l’annĂ©e.

A propos de l'auteur

Je suis Conseiller en Investissements Financiers indépendant, membre de l'ANACOFI et immatriculé à l'ORIAS sous le numéro 22005691.

Je suis passionnĂ© par le monde de la bourse depuis une dizaine d'annĂ©e j’aide les stock-pickers Ă  battre le marchĂ© pour qu’ils puissent consacrer leur temps et leur Ă©nergie Ă  ce qui compte vraiment pour eux.

Cet article vous a plu ? Lisez les suivants !

05/12/2022

28/11/2022

21/11/2022

Page [tcb_pagination_current_page] sur [tcb_pagination_total_pages]

Vous avez une question ? C'est le moment de la poser !

Laissez-moi un commentaire, je vous répondrai en moins de 24 heures.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>