fbpx
Ecrit par : Adrien Aïach
Publié le : 13/04/2022

Le marché boursier est un système extrêmement complexe et parfois déroutant. Pour les débutants, il peut être difficile de savoir par où commencer. Heureusement, il existe de nombreuses façons d’apprendre la bourse sans risquer d’argent ! Dans cet article, je vais passer en revue les simulations boursières que j’ai essayées et que je recommande aux personne qui souhaitent commencer à investir en bourse.

Lire également : Faut-il encore investir dans les énergies renouvelables ?

I / Pourquoi faut-il s’entrainer sur une simulation boursière ?

Vous avez décidé de sauter le pas : le monde de la finance vous intéresse et vous aimeriez faire votre premier investissement en bourse. Mais comme la plupart des gens, vous n’avez jamais acheté d’action sur les marchés financiers, et vous n’avez pas la moindre idée de comment tout cela fonctionne.

S’entrainer avec une simulation est la meilleure façon d’apprendre et de s’améliorer. Contrairement à une formation, cela vous permettra de mettre les mains dans le cambouis et de réellement comprendre les ficelles de la bourse.

Avec une simulation boursière, il est vraiment possible d’investir sans risque. Malheureusement, de nombreux investisseurs particuliers sautent cette étape et commettent des erreurs qu’ils auraient pu éviter.

A / Comprendre l’organisation d’un trading day

Une simulation boursière vous permettra de vous familiariser avec le fonctionnement du marché. En vous immergeant dans votre simulation, il sera facile pour vous de retenir les horaires d’ouvertures des marchés financiers. Vous comprendrez ainsi les mécanismes boursiers et les différentes phases de cotation.

Une journée de bourse (un trading day en anglais) se décompose en plusieurs phases (la préouverture, l’ouverture, la cotation en continu ou le fixing, la précloture et la clôture) qu’il est important de comprendre pour savoir comment s’organisent les marchés financiers et quand il est possible de négocier des actions.

Votre simulation sera connectée à la réalité et son mode de fonctionnement sera le même afin que vous ne soyez pas perdu le jour où vous commencerez à investir « pour de vrai ».

B / Comprendre le fonctionnement des différents types d’ordre

Si la compréhension des phases d’un trading day est importante, c’est parce que les prix dans un marché boursier sont toujours le résultat de la confrontation d’ordres (les requêtes d’achat et de vente transmises aux marchés financiers).

Il existe différents types d’ordre (au marché, à cours limité, à seuil de déclenchement, conditionnel) que nous ne détaillerons pas ici, mais il est nécessaire de tous les connaitre pour investir en bourse.

Leur fonctionnement théorique peut être un peu abstrait, et rien ne vaut la pratique pour assimiler ces connaissances : cela vous évitera un jour de faire une erreur grossière (comme se tromper entre un ordre à cours limité et un ordre à seuil de déclenchement) qui pourrait vous faire perdre beaucoup d’argent.

Cela vous permettra aussi de vous familiariser avec les frais de transaction inhérents à l’exécution de vos ordres. Comme dans la réalité, ces frais sont pris en compte dans le calcul de vos plus-values.

Enfin, passer vos premiers ordres vous permettra de calibrer la taille de vos transactions en fonction de celle de votre portefeuille et vous apprendra à gérer vos liquidités.

C / Apprendre à lire la cote

On pourrait penser que lire un cours de bourse est aussi intuitif que de faire du vélo. Pourtant, cela n’a rien d’inné et fait partie des nombreuses compétences à acquérir pour investir en bourse. En apprenant cela sous forme d’un jeu, vous prendrez plaisir à découvrir tous les indicateurs boursiers, et il vous sera facile d’en mémoriser leur signification.

Cela vous permettra de vous familiariser avec les principales entreprises de la cote et vous forcera à comparer vos performances à celle des principaux indices boursiers. Vous pourrez par la suite faire la liste de vos actions préférées, grâce à une application dans votre téléphone, et ainsi consulter facilement et à tout moment l’évolution de la bourse.

Investir en bourse est également une question d’habitudes. Dès que vous commencerez à investir grâce à une simulation boursière, vous serez plus enclin à développer votre curiosité et à vous immerger dans cet univers, par exemple en lisant quotidiennement la presse spécialisée.

D / S’amuser à prendre des risques et découvrir ses émotions

En tant que débutant, vous ferez beaucoup d’erreurs, et ce n’est pas une mauvaise chose. Tant que cela se fait dans le cadre d’une simulation boursière, libre à vous de prendre tous les risques possibles et d’expérimenter. Avancer en tâtonnant est une bonne manière de progresser. Cela vous permettra de vous rendre compte des dangers de la bourse à moindre frais, car votre expérience virtuelle est tout à fait transposable à la réalité. Chaque débutant doit apprendre de ses erreurs.

Vous pourriez penser qu’une simulation boursière ne permet pas de ressentir les mêmes émotions que dans la réalité. C’est une erreur : je vous assure qu’il y en aura, même si c’est pour de faux.

Une simulation boursière vous offre un aperçu assez réaliste des pensées et des sentiments qui pourraient vous animer un jour lorsque vous investirez pour de bon votre argent sur les marchés financiers.

Ainsi, une simulation boursière peut vous apprendre à garder votre sang froid et à ne pas paniquer lors d’un krach boursier. La manière de gérer les risques sous la pression en dira long sur vous-même et vous permettra de vous améliorer, sans crainte des conséquences négatives.

E / Se rassurer et prendre confiance

Finalement, la meilleure raison de passer par une simulation boursière est de se rassurer et de se sentir prêt. Même s’il vous sera impossible de tout connaitre sur la bourse et d’investir sans faire d’erreur du premier coup, vous disposerez néanmoins de la confiance nécessaire pour persévérer, vous améliorer et obtenir des résultats dont vous ne vous serez jamais pensé capable.

Après plusieurs mois, voire années, passés sur une simulation boursière, vous aurez forcement envie de passer à la suite après avoir eu de bons résultats. Mais avant d’aller plus loin, j’aimerais que vous preniez conscience des limites de votre entrainement dans une simulation boursière.

II / Les limites d’une simulation boursière

Le principal inconvénient d’une simulation boursière, c’est qu’il ne s’agit pas de la réalité. De ce fait, beaucoup d’investisseurs ne prennent pas cet exercice au sérieux. Pourtant, les simulations boursières sont la clé qui permettent à un débutant de progresser rapidement.

A / Une interface parfois trop ludique

Puisque l’on peut réinitialiser le jeu dès que l’on a fait une erreur, certains abusent de ce bouton magique et préfèrent se voiler la face. Ces investisseurs n’apprennent jamais et échouent lamentablement lorsqu’ils décident d’ouvrir un compte-titres et commencent à investir chez un courtier.

De plus, certaines simulations ne sont pas automatiques. Dans ces dernières, vous devrez manuellement entrer vos prix d’achat et de vente, et vous pouvez effacer une ligne déficitaire d’un simple clic, sans que cela n’impacte votre portefeuille global. A cause de ces efforts supplémentaires, il est facile de se laisser tenter et ne pas « jouer le jeu » à 100%.

D’autres simulations vous permettront de choisir votre montant de départ. S’il peut être amusant de s’entrainer à gérer des millions d’euros, en se disant « qui peut le plus peut le moins », cela est en fait néfaste pour votre apprentissage. Plus vous serez déconnecté de votre réalité, moins vous identifierez votre portefeuille virtuel à un portefeuille réel, rendant cet exercice inutile.

B / Un environnement parfois négatif …

Afin de créer de l’émulation entre les utilisateurs, certains sites disposent de forums pour demander des conseils et échanger autour de l’actualité boursière.

Malheureusement, malgré la renommée des sites qui les hébergent, ces forums sont de mauvaises qualités et leurs intervenants sont pour la plupart des ignares qui vous expliqueront comment devenir un vrai trader, en plus d’écrire dans un français plus que douteux.

Que vous le vouliez ou non, vos investissements seront influencés par les tuyaux hasardeux et les rumeurs infondés que vous aurez lu en ligne. Tout avis n’est pas bon à prendre, et il est important de forger son esprit critique lors de votre phase d’apprentissage.

C / … qui vous pousse à faire du trading au lieu d’investir

Sur internet, la finance ne se résume qu’au trading, c’est à dire, à acheter et vendre des actions le plus rapidement possible pour spéculer sur une évolution des cours de la bourse. Pourtant, je peux vous assurer que cela n’a rien à voir avec la réalité, puisque j’ai moi-même travaillé dans le secteur financier : les méthodes de trading qui circulent sur internet n’ont aucun fondement professionnel.

Cela n’est pas pour rien que certains « courtiers » mentionnent que la majorité des investisseurs perdent de l’argent en bourse. Ces mentions sont inexactes et requièrent une précision : cela ne concerne que les activités de trading sur le compte de CFD, des instruments financiers complexes et hautement spéculatifs qu’ils distribuent, comme corroboré par cette étude de l’AMF.

Les vrais investisseurs particuliers, eux, n’ont jamais été aussi nombreux qu’en 2021. Vous pourrez constater que leur nombre est en forte évolution depuis 2018, et qu’il serait incohérent que près de 1,6 millions de français s’amusent à perdre de l’argent en bourse.

III / Quelles sont les simulations boursières à éviter ?

Vous avez compris que, malgré ses aspects ludiques, la finance n’est pas un jeu, et qu’il existe une différence importante entre « investir » et « faire du trading« .

Dans cet article, vous avez probablement remarqué que je parle de « simulations boursières » et non pas de « simulateurs trading« . Pourtant, de nombreux courtiers de CFD proposent d’ouvrir un « compte démo » pour s’entrainer à investir sans risque.

Dans cette section, nous allons voir que ces instruments ne répondent aucunement à des besoins d’investissement de moyen ou long terme et qu’ils flirtent parfois avec l’illégalité.

A / L’arnaque des CFD : fonctionnement

Un CFD (Contract For Difference) est un contrat de gré-à-gré (OTC, pour Over The Counter en anglais) entre un acheteur et un vendeur, permettant de spéculer sur l’évolution du cours d’un actif sous-jacent. Ces produits dérivés sont non-réglementés en Europe et sont tout simplement interdits aux Etats-Unis.

Puisqu’il ne s’agit que d’un contrat, vous n’êtes pas actionnaire et n’avez aucun droit sur la valeur mobilière sous-jacente lorsque vous utilisez des CFD. Il s’agit en réalité de paris financiers entre vous et une contrepartie, et ces instruments sont pourtant rarement utilisés par les professionnels.

B / L’illusion du zéro commission

Au delà de l’absurdité démoniaque de ces instruments, les pratiques publicitaires de ces courtiers sont également trompeuses. Ces derniers prône un investissement sans commission, et cela est encore une fois inexact.

Un courtier ordinaire se rémunère grâce à une commission, fixe ou variable, sur chacune de vos transaction. Mais sur les marchés où l’émetteur est un market-maker (c’est à dire, qu’il est le seul à distribuer des instruments financiers), celui-ci se positionne à la fois à l’achat et à la vente. L’écart entre les cours d’achat et les cours de vente est appelé un spread et permet à l’émetteur de se rémunérer grâce à cette différence.

Par exemple, si un actif vaut 100€, le courtier va proposer un spread 99/101 : il va acheter l’actif à 99€ et le vendre à 101€. Il empoche donc une plus value de 1€ à chaque transaction, qui fait office de commission puisque l’acheteur paie plus cher que la valeur de l’actif.

Il n’y a aucun problème à ce qu’un émetteur se rémunère grâce à un spread : il s’agit d’une pratique répandue pour l’échange de la majorité des instruments financiers. Cependant, Le terme de « zéro commission » est volontairement flou pour tromper les utilisateurs.

C / Comment reconnaitre un courtier de CFD ?

Si vous êtes un investisseur débutant, cela peut être difficile de comprendre le rôle des différents acteurs du monde de la finance. Cela fait de vous une cible facile pour les courtiers de CFD. Dans cette section, nous allons apprendre à les reconnaitre afin de ne pas tomber dans leur piège.

Les courtiers de CFD sont énormément présents sur internet mais également à la télévision. Vous avez probablement déjà vu une de leurs publicité, sans même vous en rendre compte. Leurs campagnes prônent la facilité d’utilisation, les performances de ces instruments financiers et l’absence de commission, des arguments auxquels leur public, largement amateur, est sensible.

Pour les convaincre de passer à l’action et d’ouvrir un compte, les courtiers rassurent ces néophytes en leur proposant de copier les performances des meilleurs traders de la plateforme : eToro a même lancé son programme « Popular Investor » pour permettre aux traders les plus suivis d’être rémunérés pour leur audience.

En cas de doutes, les mentions légales en bas de page du site internet vous permettront d’en avoir le cœur net.

D / Un système pensé pour vous faire perdre de l’argent

eToro, Admiral Markets et IG Markets sont les principaux acteurs de ce marché en croissance. Pourtant, peu d’utilisateurs de ces plateformes savent que ces sociétés sont basées à Malte ou à Chypre, des paradis fiscaux où la législation financière est bien plus souple.

La plupart des traders perdent de l’argent en négociant des CFD et les courtiers le savent bien. Les CFD étant des instruments de gré à gré (OTC), les clients négocient contre leur courtier, qui empoche ou décaisse ainsi la différence : de par leur nature, ces instrument sont donc un jeu à somme nulle et le gain de l’un constitue obligatoirement une perte pour l’autre.

Bien sûr, ces courtiers évaluent leur exposition et se couvrent lorsqu’ils le jugent nécessaire, mais il est important de comprendre que les pertes des traders représentent une rémunération bien plus importante qu’un quelconque système de commissions.

Ces instruments sont la plupart du temps négociés avec un effet de levier, c’est à dire que votre « investissement » (bien qu’il soit adéquat de parler de « mise » dans ce contexte) dépasse la somme que vous avez engagée. Cela permet de multiplier vos gains, mais aussi vos pertes, pouvant excéder votre capital de départ.

Dans une telle situation, le courtier procèderait à un appel de marge en vous demandant de rajouter des fonds sur votre compte. Ces effets de leviers sont dangereux et souvent mal maitrisés, et jouent sont en faveur du courtier : certains utilisateurs plongent dans une véritable descente aux enfers, forcés à verser toujours plus d’argent sur leur compte.

Si tout cela vous semble familier alors que vous ne connaissez rien à la finance, c’est parce que les sites de paris sportifs fonctionnent de la même manière. Après cette mise en garde nécessaire, il est temps de vous dévoiler ma sélection des meilleures simulations boursière d’internet.

IV /Mes simulations boursières préférées

J’ai commencé à découvrir le monde de la bourse avec la simulation de Golden Boys. S’il elle s’avère idéale pour les débutants, d’autres simulations boursières satisferont les besoins des investisseurs plus avancés.

A / Golden Boys

Golden Boys vous offre la possibilité d’investir sur les marchés de Paris et de New York avec 20 000€ comme capital de départ. A cela s’ajoute une enveloppe de 98 000€ pour le SRD, vous permettant d’acheter des actions à crédit, et ainsi bénéficier d’un effet de levier.

Les cours de bourse sont proposés en direct (entendu avec 15 minutes de retard comme c’est le cas pour tous les autres sites). Les ordres quand à eux sont exécutés après 20 minutes en mode « différé » ou après 5 minutes en mode « rapide ». Ces paramètres peuvent être modifiés dans l’onglet « mon compte ».

Cependant, il n’existe pas d’option pour utiliser des ordres à cours limités : chaque transaction s’effectuera au prix du marché.

Il s’agit d’un excellent simulateur pour débuter en vous permettant de vous faire la main sur les principales valeurs françaises et américaines, puisqu’il prend automatiquement en compte le taux de change dans l’affichage de vos plus-values. Néanmoins, cette simulation boursière est limitée, et sa principale force réside dans sa prise en main rapide qui permettra à un investisseur débutant de s’approprier les bases de la bourse de manière ludique.

Autres points négatifs : les mises à jour sont rares, et même si tout fonctionne parfaitement, le site semble être à l’abandon et le salon de discussion présent par défaut sur la droite de l’écran est une véritable décharge.

Aperçu de la simulation boursière Golden Boys
Golden Boys offre un interface intuitive idéale pour débuter, mais pour le reste, ça ne vole pas très haut …

B / ABC Bourse

Malgré une interface vintage, ABC Bourse est un site rempli d’excellentes ressources pour votre formation. Vous y trouverez de quoi maitriser les bases de la bourse, mais également de quoi comprendre l’univers des marchés financiers sous un angle professionnel.

ABC Bourse vous offre la possibilité de participer à un concours pour vous mesurer à d’autres participants et tenter de remporter 100€ chaque mois et jusqu’à 300€ chaque trimestre !

La valeur initiale du portefeuille est de 100 000€ et vous pouvez investir sur la majorité des actions françaises. Trois type d’ordre sont disponibles (au marché, à cours limité, à seuil de déclenchement).

Vous pouvez également créer des portefeuilles virtuels. Libre à vous d’en définir le capital de départ, les frais de transactions et l’indice de référence. En revanche, dans les portefeuilles virtuels, seuls sont disponibles les ordres au cours du marché.

Aperçu du jeu boursier d'ABC Bourse
Le jeu boursier d’ABC Bourse est très réaliste, il sera parfait pour les investisseurs souhaitant s’amuser avec leurs amis.

C / Investir les Echos

Le site Investir-Les Echos propose un espace dédié à la gestion de portefeuilles virtuels. Il ne s’agit en revanche pas d’une simulation boursière puisque vous devrez manuellement inscrire le cours d’achat et de vente de vos transactions. Ainsi, cela ne vous permettra pas de vous familiariser avec les différents ordres.

L’avantage des portefeuilles virtuels d’Investir-Les Echos, c’est qu’ils sont les rares à vous permettre de simuler de l’investissement sur des produits dérivés communément utilisés par les investisseurs individuels, comme les turbos ou les warrants.

Enfin, vous aurez accès à larges choix de places boursières étrangères, ce qui en fait l’une des simulations boursières préférées des investisseurs avancés.

Aperçu des portefeuilles virtuel d'Investir-Les Echos
Mon choix de prédilection pour simuler l’usage de produits dérivés. L’interface offre un nombre impressionnant de statistiques concernant votre portefeuille.

D / La simulation boursière de votre broker

Finalement, quoi de mieux que de gérer un portefeuille virtuel avec un interface similaire à celle de votre PEA ou de votre compte-titre ?

Les courtiers en ligne sont de plus en plus nombreux à proposer à leurs clients une expérience virtuelle pour leur permettre de faire leurs premiers pas sans risques et de s’entrainer dans des conditions proches de celles du réel, et si vous êtes déjà certain de vouloir investir en bourse avec de l’argent réel, alors vous devriez probablement commencer par choisir votre courtier.

A titre personnel, mon courtier, Saxo Investor, propose aux utilisateurs de découvrir leur plateforme via un « compte démo » 100% gratuit et réaliste.

Aperçu de la plateforme Saxo Investor
Le compte démo de Saxo Investor n’est par défaut pas « vierge ». Libre à vous de faire vos arbitrages et d’acheter de nouvelles actions.

Conclusion : mes derniers conseils

Avant de foncer créer un compte pour accéder à la simulation boursière de votre choix, laissez moi vous livrer mes derniers conseils pour tirer le maximum de cette expérience.

Si possible, choisissez un montant de départ cohérent avec les fonds que vous seriez prêt à investir en bourse. Plus vous serez dans des conditions proches de la réalité, plus cet entrainement sera utile, et plus vite vous serez prêt à investir votre épargne sur les marchés financiers.

Ne vous compliquez pas la tâche dès le début. Investissez la moitié de vos liquidités dans un panier de 10 actions et gardez le reste pour en acheter 10 autres au fil du temps : on a tendance à vouloir tout placer d’un coup, mais il est nécessaire de prendre le temps de réfléchir et de pas se mettre en mode « pilote automatique ».

Enfin, n’hésitez pas à prendre des risques et à tester de nouvelles stratégies, mais ne prenez pas l’habitude de changer rapidement de position et de faire trop de transactions : à terme, cela n’enrichira que votre courtier.

Libre à vous de poser vos question en commentaires et de me tenir informé de votre progression, bonne chance à vous !

A propos de l'auteur

Passionné par le monde de la bourse depuis 2013, j’aide les français à investir leur argent pour qu’ils puissent consacrer leur temps et leur énergie à ce qui compte vraiment pour eux.

Cet article vous a plu ? Lisez les suivants !

18/06/2022

24/04/2022

13/04/2022

Page [tcb_pagination_current_page] sur [tcb_pagination_total_pages]

Vous avez une question ? C'est le moment de la poser !

Laissez-moi un commentaire, je vous répondrai en moins de 24 heures.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>